robin_index.gif (9504
                      octets)

chrono.gif (1744
                                octets) poesie.gif (2192
                                octets) roman.gif (1868
                                octets) traduction.gif
                                (2450 octets) critique.gif
                                (1979 octets) ecoutes.gif (2186
                                octets)
icono.gif (2534
                                octets) proses.gif (2040
                                octets) lettres.gif (2171
                                octets) theatre.gif (2064
                                octets) radio.gif (1706
                                octets) voix.gif (1867
                                octets)
radio_signat.GIF (6079
                  octets)
biblio.gif (1004
                                octets)
temoins.gif (1901
                                octets)
contact.gif (1838
                                octets)

Armand Robin
1912 - 1961 : éphéméride

banniere.gif (73487 octets)

- 1935 -

janvier Année très importante: AR commence à écrire.
février 2 : carte postale vierge envoyée à Marcel Laurent. AR procédait ainsi pour rappeler à l'ordre des amis un peu négligents dans le suivi de leur correspondance... Il faisait de même parfois avec des enveloppes vides...
13 : lettre à Marcel Laurent en réponse à celle que ce dernier vient de faire suite à la carte postale du début du mois. AR s'y définit comme agrégatif qui travaille et comme poète dont le travail commence à 11h55 du soir: "moment où les bruits s'éloignent dans un espace plus ample": 1er témoignage de son travail poétique et de sa future fascination pour le travail nocturne et la fatigue qui en découle.
mars  
avril *** écrit les 1ères versions de Offrandes, Sans passéUne nuit, qui est resté inédit et Mort d'un arbre dans une version déjà quasi définitive à 2 strophes manquantes près.
15 : parution de sa 1ère critique littéraire in Europe, numéro janvier-avril : Claire Sainte-Soline : Une journée, ce qui suppose que l'article a été écrit bien avant, et que Robin a renoué avec Jean Guéhenno.
mai  
juin écrit Marche sans halte, qu'il enverra à Jean Guéhenno en juillet et la tentation, qui deviendra Presque un art poétique après remaniements. En 1935,il lui enverra également 2 traductions d'Essénine sans que la date précise ait pu être établie : La pluie avec ses balais humides et je suis le dernier poète des villages.
10 : carte postale "forêt de Fontainebleau" à Marcel Laurent : ne croit pas à une préparation de l'agrégation: "on ne prépare pas l'agreg : il vaut mieux s'en séparer"
juillet 18 : lettre fondamentale à Jean Guéhenno sur son séjour en URSS de 1933 et une collaboration plus active à la revue Europe. En pièce jointe, "Marche sans halte"
23 : carte postale à Marcel Laurent de Bruxelles, où il "se repose" de son agrégation : date probable de la photo de Robin aux yeux clos
25 : décès brutal à Rostrenen de sa soeur, Marie Augustine, dite Eugénie, d'une tuberculose à 29 ans, contaminée par son mari lui aussi décédé. Ils laissent une petite fille à qui Armand rendra régulièrement visite et enverra souvent des cartes postales : elle sera sans doute sa dernière attache familiale en Bretagne.
août 8 : de Paris, lettre à Jean Guéhenno : AR annonce son échec à l'agrégation, à nouveau à l'oral, ne veut plus la tenter, veut écrire sur les "êtres sans destinée" qu'il a côtoyés enfant (annonce du futur Temps qu'il fait) et continuer la poésie.
13 : de Plouguernével, nouvelle lettre à JG : demande conseil, mais se sent incapable de réessayer l'agrégation; envisage d'enseigner dans un cours privé; a besoin de repos.
septembre Ecrit "Hommes sans destin" à Rostrenen, Glomel, Plounevez-Quintin... qui deviendra Lueurs de paille, la 1ère partie du Temps qu'il fait.
26 : Lettre à JG : ne pourra terminer Hommes sans destin, mais va reprendre la préparation de l'agrégation ; a écrit des compte-rendus de lecture pour Europe.
27 : Lettre à Marcel Laurent, toujours de Rostrenen, en réponse à une lettre de M L lui demandant s'il avait des adresses de cours particuliers ; a fait un saut à Lyon en fin d'été, sans doute pour une aventure sentimentale.
octobre  
novembre 15 : parution de 2 notes critiques dans le numéro d'Europe de septembre-novembre: Maurice Rué: Vieux Chéri (éd Gallimard) et Karen Bramson: Lueur dans nos ténèbres (éd Flammarion).
décembre se trouve à Lyon où il écrit Prière.

index éphéméride ephemeride_index.gif (354
          octets)
*** Les événements ainsi marqués, quoique authentiques, ne peuvent être datés de manière très précise. Ils figurent en tête de l'année ou du mois.

lignanim.gif (3106
        octets)