robin_index.gif (9504 octets)

chrono.gif (1744 octets) poesie.gif (2192 octets) roman.gif (1868 octets) traduction.gif (2450 octets) critique.gif (1979 octets) ecoutes.gif (2186 octets)
icono.gif (2534 octets) proses.gif (2040 octets) lettres.gif (2171 octets) theatre.gif (2064 octets) radio.gif (1706 octets) voix.gif (1867 octets)
radio_signat.GIF (6079 octets)
biblio.gif (1004 octets)
temoins.gif (1901 octets)
contact.gif (1838 octets)

Armand Robin
1912 - 1961 : éphéméride

banniere.gif (73487 octets)

- 1934 -

janvier  
février Pris par la politique, AR participe à des manisfestations ouvrière de la gauche révolutionnaire et prolétarienne à Lyon: sans être communiste, il se sent  proche de la CGTU.
mars  
avril 2 : carte postale de Rome à Marcel Laurent: AR se trouve en voyage en italie: Florence, Rome. Déçu par la jeunesse fasciste.
mai  
juin Après l'écrit de l'agrégation, AR rentre à Paris, où il habitera désormais, . Admissible à l'écrit, il prépare l'oral.
27 : lettre à Marcel Laurent, signée Le Bas, du surnom que les Lyonnais lui ont donné (le bas Breton)
juillet 13 : résultats de l'oral: AR est 1er collé. Il télégraphie les résultats à ses amis Lyonnais
août 17: sollicite un poste de surveillant d'externat dans une école primaire supérieure de Paris: le directeur de l'enseignement supérieur de la Seine sollicite l'avis du doyen de la faculté de Lyon au sujet de "Robin Vincent". La faculté de Lyon répond par la liste des diplômes d'AR et les appréciations des professeurs:
- français : Esprit intéressant, de la curiosité. Mais la dissertation que j'ai lue de cet étudiant ne dépassait pas la moyenne.
- latin : assez faible, dit l'un. Peu d'activité et d'assiduité, dit un autre.
- grec : Je connais un Robin Armand; est-ce le même ?
septembre 6: lettre à Marcel Laurent du Oasker (sic): son poste de surveillant pourrait lui valoir 1400 à 1500 f/mois.
12 : lettre à Jacques Permezel : se trouve chez son père et s'interroge sur son avenir : santé, argent (sa bourse a été renouvelée grâce à son admissibilité), travail, études... Il s'analyse aussi: "le celte est instinctif, impulsif; l'imagination, la sensibilité, la foi le poussent comme le vent fait voguer les nuées sur le ciel jamais immobile de sa patrie ; la sérénité, le calme gréco-latin le gênent comme le fait un ciel trop ouvert, trop stable. Il faudrait que tu voies le caprice perpétuel de ce ciel bas et sombre, que tu t'en pénètres les yeux et l'âme, que jamais rien là-dessous ne te paraisse achevé, fini, esclave des limites précises de la pensée classique, que tu oublies que quelque chose puisse devenir jamais parfait, immanquablement parfait dans sa nature et surtout dans sa forme, que tu te persuades intimement qu'une idée n'est pas plutôt parvenue à son expression qu'une autre bientôt, toute proche, imperceptiblement différente, vienne la recouvrir, la recouvre déjà, pour mieux dire, suivie d'une troisième, échangeant ainsi une forme jamais précise contre d'autre formes jamais précises, comme les nuages au ciel se détruisent l'un l'autre leurs existences éphémères."
28 : Carte postale de Locronan à Marcel Laurent  : se trouve à Plouguernével, a accepté un poste d'instituteur suppléant éventuel  à Paris jusqu'à Noël, donne son adresse provisoire :
8 rue du Regard, à Paris dans le VIe, sorte d'atelier de menuiserie avec un grand établi, d'après son ami Marcel Laurent.
octobre 23 : lettre pessimiste et très lucide à Marcel Laurent: "notre génération est sacrifiée: il n'y a d'honneurs, il n'y a de médailles, il n'y a de considération, il n'y a plus simplement de pain, que pour les vieux, les gens que l'âge a bien assis, bien calés, après de solides digestions, pendant 30 ou 40 ans, de solides digestions d'estomacs bien pleins, bien ronds; le monde ne reconnaît qu'eux et ce sont eux qui font le monde; les vieillards et les vieilles idées, regarde comme cette rouille s'étend; chaque pays, tour à tour, découvre son vieillard de Tournefeuille, désapprend de vivre avec des idées généreuses, des idées de bonheur, des idées de jeunes.  Pour nous, rien; une maigre pitance, à quatre sur dix d'entre nous, les veinards; l'avenir fermé, comme si nous étions de trop; et, pour nous apprendre à avoir conçu quelque espoir et souhaité que notre vieux monde, un beau jour, se réveille joyeux dans une lumière toute neuve, bientôt la botte et le poing, et, pour notre cerveau, des "Marseillaises" sur de gros cuivres; et, bien plus encore - car la farce n'est pas assez bonne et nous sommes venus trop tôt dans un siècle trop vieux - l'on nous apprendra à être des vieillards à 20 ans, l'on nous inspirera le désir de courir à la vieillesse, de la glorifier, de maudire les idées jeunes, pour défendre à coups de matraque les pensées lasses de Joseph de Maistre.
Toute cette jeunesse, il nous faudrait la défendre, consciemment, la porter en nous jusqu'à notre mort. Je crains bien que nous ne soyons vaincus, que bientôt nous n'ayons à subir le destin de nos camarades allemands, qui ont suicidé en eux leur jeunesse, leurs jeunes promesses d'avenir.Là-bas aussi - et ailleurs- l'air a retenti du bruit de la révolution, puis ce bruit s'est éteint, tandis que s'élevait le fracas de milliers de bottes.
J'ai entendu Malraux, l'autre soir; ce soir encore, je compte l'écouter; je ne sais s'il a foi dans la victoire, s'il espère en la naissance d'un monde où il y aurait place pour autre chose que des drapeaux et des revues militaires et l'hypocrisie des "honnêtes gens". Sa voix, en tout cas, s'élève, grave, triste, un peu nerveuse et, le long de phrases aux détours compliqués, peu accessibles pour la foule, la révolte naît, s'élève, s'abaisse, disparaît, puis finit par triompher, maîtresse enfin, mais après quelles luttes! "
a fait un mois de suppléance comme instituteur, ce qui lui a valu 1500f et va sans doute devenir boursier à la Sorbonne.
23 : demande le transfert de son dossier universitaire de Lyon à Paris
30 : signe à Rostrenen la donation-partage de son père, qui aura réussi à doter chacun de ses enfants d'une maison, d'une ferme ou d'un lopin de terre. Voici AR propriétaire d'une maison au bourg de Plouguernével, dans laquelle habite son père depuis qu'il s'est retiré de la ferme du Oasker.
31 : fin de sa période de travail en tant qu'instituteur suppléant.
novembre 10 : quitus de la bibliothèque de l'université de Lyon: le dossier suit son cours
14 : dossier universitaire arrivé en Sorbonne ; AR en est avisé;  accusé de réception à destination du doyen de Lyon daté du 16. 
27 : lettre à Marcel Laurent : habite 24, rue des fossés St Jacques, Ve; envisage de passer des vacances de Noël chez son ami Balvay et de rencontrer ses amis lyonnais à cette occasion. mais surtout il a commencé une vie intellectuelle et artistique et peut-être déjà intéressé par la traduction de poètes étrangers : "Pour moi, pas plus que l'an dernier, JE NE PRÉPARE PAS L'AGRÉGATION: "des neiges bleuâtres surgit une musique trop chère", me murmure Alexandre Blok; le prestige et la splendide pureté de ce lyrisme blokien sont choses trop pénétrantes pour que je n'acquiesce pas à l'invitation et ne me rende au Wonderland bienheureux. - Comment résister à la tentation? Et y a-t-il place, dis-moi, pour le parfait agrégatif, dans l'Univers d'André Breton, dans cet Univers que feront naître les neiges de DEMAIN? La question se pose de savoir si nous pouvons nous glisser là où l'être privilégié tourne sa face orgueilleuse vers
le ciel allaiteur de troupeaux montagnards ?"
décembre fin d'année à Lyon

index éphéméride ephemeride_index.gif (354 octets)

lignanim.gif (3106 octets)