robin_index.gif (9504
                      octets)

chrono.gif (1744
                                octets) poesie.gif (2192
                                octets) roman.gif (1868
                                octets) traduction.gif
                                (2450 octets) critique.gif
                                (1979 octets) ecoutes.gif (2186
                                octets)
icono.gif (2534
                                octets) proses.gif (2040
                                octets) lettres.gif (2171
                                octets) theatre.gif (2064
                                octets) radio.gif (1706
                                octets) voix.gif (1867
                                octets)
radio_signat.GIF (6079
                  octets)
biblio.gif (1004
                                octets)
temoins.gif (1901
                                octets)
contact.gif (1838
                                octets)

Armand Robin
1912 - 1961 : éphéméride

banniere.gif (73487 octets)

- 1947 -

janvier *** : Le dialogue entre  Robin et  Bouhier se poursuit cette année.
 7 : Georges Brassens démissionne du Libertaire. Il en donne les raisons dans une lettre du 12 à son ami Toussenot :  "Je t'avoue qu'au fond j'en suis soulagé : ma vie n'était plus tenable, et les attaques des imbéciles m'épuisaient." Mais il continuera à fournir des articles. Il rêve aussi de créer un journal anarchiste, Le Cri des Gueux : "J'espère que le financier qui se dispose - le malheureux !- à placer des capitaux dans notre prochain journal ne tardera pas à nous envoyer son chèque, car j'ai une violente envie d'écrire dans une feuille libre, entouré d'écrivains et non de rustres et d'ignorants abécédaires" [ lettre à Toussenot 24/10/1946] . Le titre est déjà trouvé, la tonalité et les rubriques aussi, ainsi que les rédacteurs. Naturellement Armand Robin en sera ainsi que Lepoil, Toussenot... Ne manque que le fameux financier... que l'on attendra au moins jusqu'en 1948, mais que l'on ne verra jamais... A noter toutefois qu'André Larue, qui a suivi Brassens quasi quotidiennement durant cette période, ne cite jamais Armand Robin parmi les protagonistes de l'affaire.

16 : Le Libertaire : épilogue d'une triste histoire : la fin du CNE, suite et fin de l'article du 29/11/1946 : Toute la presse sonne le glas du lamentablement célèbre " Comité National des Écrivains ". Les démissions pleuvent sur ce syndicat ridicule et réactionnaire. Son fondateur, Jean Paulhan, vient de s'insurger contre lui "complètement" (nous soulignons ce dernier mot, car il faut rendre à cet homme cette justice qu'il ne soutint cette entreprise que pendant l'occupation, en un moment où il y avait du courage à le faire : ajoutons que, pour employer une formule fort banale, mais fort exacte, " il n'avait pas voulu cela "...).
Si nous voulions nous laisser aller à polémiser, on voit aisément ce que nous pourrions trouver à dire contre la plupart de ces démissions: les rats quittent le navire qui va sombrer : ils obéissent aux mêmes intérêts de rats qui les firent s'embarquer sur ce navire tout flamboyant. [...]
Dans le " Comité National des Écrivains " je condamne d'ailleurs, non les hommes qui s'y sont réduits, mais le principe de l'ORGANISATION. Le véritable problème est là : est-il admissible qu'un esprit entre dans une organisation politique quelles que soient les circonstances et le sort même de l'humanité paraîtrait-il en jeu? Dès que les hommes se rassemblent, ils travaillent pour quelque erreur, fabriquent des idoles. Seule, l'âme solitaire est dialogue avec l'Esprit de Vérité: la confrontation avec le Verbe ne peut avoir lieu que dans la plus désolée des solitudes et seuls peuvent sauver ceux qui acceptent d'être implacablement désertés. Un seul instant de tête à tête avec un ruisseau vaut mieux que des millions d'instants au service d'une "organisation".

30 : Le Libertaire : Il y a 92 ministres des affaires étrangères en France

février *** : Rencontre avec Jules Supervielle.

11 : AR a une moto, et le permis moto, mais depuis combien de temps ? A l'époque pour l'obtenir on passait une épreuve symbolique.... Dans L'Homme sans nouvelles, daté sur le manuscrit de 1949, on retrouvera  mention de la moto que possède Armand Robin; il donne même son numéro minéralogique : 9678 RP 5.

24-25 : nuit : Lettre à Jean Paulhan : La lettre commence par   "Cher Jean" : la réconciliation est en vue. AR annonce à son ami qu'il va supprimer son nom de ses indésirables écrits. A vu Supervielle, à qui il a promis de se réconcilier avec JP, voudrait le revoir, lui cherche un appartement pas cher.... AR y révèle aussi qu'il vient de payer les frais d'hospitalisation d'une personne dont il ne donne pas le nom.

AR apprend le géorgien.

mars 10 : lettre à Jean Paulhan sur papier à en-tête du journal Le Monde : les deux hommes doivent se rencontrer le lendemain.AR annonce qu'il n'écrira plus de Poèmes Indésirables, qu'il a besoin de revenir à la poésie proprement poétique. Il invite aussi JP à se faire inscrire sur la liste d'Aragon, bref sur la liste noire !
avril  
mai 10 : Lettre Indésirable N° 37  adressée le 10 mai 1947 à la rédaction des Lettres Françaises et au Comité National des Ecrivains :  constatant que Charles Albert Cingria avait l'honneur d'être attaqué dans Les lettres Françaises, AR - dans une missive pleine d'humour -, demande à subir le même sort, tout en feignant de ne pas savoir comment y parvenir : Et je ne parviens pas à obtenir satisfaction, et je constate chaque semaine que d'autres réussissent à s'assurer l'avantage d'être attaqués par vous ! Je me souviens avec mélancolie qu'il me fallut des mois d'intrigues, de sollicitations, de ruses pour obtenir de vous mon inscription sur votre liste noire ! Comprenez-vous maintenant avec plénitude comme j'ai pu être saisi d'amertume en voyant que CH. A. Cingria réussissait sans peine là où malgré tous mes efforts sans cesse j'échoue ?
Que faut-il donc que je fasse? Je ne puis me résoudre à gifler en public l'homme le plus méprisé de Paris (vous avez compris qu'il s'agit d'Aragon). Je suis né dans le peuple et le contact avec la face de cet ignoble bourgeois salirait une main que je tiens à garder propre pour serrer celle des travailleurs; au-dessous d'un certain degré de bassesse un homme devient "ingiflable".
Commentaire de Jean Dubuffet à Jean Paulhan le 16 mai : Cingria m'a montré une lettre écrite aux Lettres Françaises par un anarchiste breton, nommé Robin, je crois, à propos du fameux écho anticingriaque; elle est excellente et irait bien dans le n°3 des Cahiers [de la Pléiade] (du moins en partie).

15 : lettre à JP, avec copie de la Lettre Indésirable N°37. Remerciements pour un livre ou article sur Romain Rolland, pacifiste bien connu. AR y définit son patriotisme : Je suis par définition non pas antipatriote mais apatriote. Mais je ne dis rien quand le patriotisme est une chose sincère et naturelle; ce qui me met hors de moi, c'est la falsification intéressée et tactique de ce sentiment.

16 : emprunt  de 45 000 f à Gaston Gallimard pour l'achat d'un poste de radio. Compléments in F Morcan, La Fausse Parole, éd 2002 P 134 & 146. La somme peut paraître très importante, mais à titre de comparaison, en 1945, AR a versé selon les mois de 1000 à 3500 f  pour A Artaud. Il avait déjà acheté un poste de radio en juillet 1945. Voir à cette date.

juin 21 : lettre à Jean Paulhan sur papier à en-tête de l'hôtel Victoria Regia à Terneuzen, devant l'embouchure de l'Escaut : Les weeks-ends sont faits pour que j'aille en Hollande. Et, comme il pleut régulièrement, il est merveilleux de faire de la motocyclette sur les routes... J'ai été très favorisé cette fois encore: 4h de pluie environ et rien que pour cela je suis content.

26 : Le Libertaire : d'Ivan le Terrible à Staline le juste, le mea culpa d'Eisenstein, article non signé, simple traduction de la confession d'Eisenstein. La traduction - technique et banale - pourrait bien être d'AR. Toutefois le nombre de fautes d'orthographe en fait douter.

juillet 24 : Le Libertaire : Spéculations sur des tombeaux. Article de critique sur la littérature russe contemporaine, signé SOVIETICUS, il pourrait bien être d'AR, grand connaisseur de l'actualité et de la littérature russes. C'est du moins le point de vue de Mireille Guillet dans sa thèse. Mais...

25 : Lettre à Jean Paulhan : AR se trouve à Schwyz, en Suisse centrale, zone pastorale, loin de tout, où l'on parle (mal !) le français, l'allemand, l'anglais et l'italien. Se prépare à rejoindre l'île Saint-Pierre en souvenir de JJ Rousseau.

Fin du mois : Les écrivains du peuple de Michel Ragon, éd Jean Vigneau. AR y figure pour 6 pages au milieu des écrivains anarchistes. L'auteur n'a donc pas accédé à la demande d'AR de ne pas y figurer...et n'a tenu aucun compte de la "décision" du CNE

août *** : arrêt du paiement de la pension de sa femme : le divorce se prépare

28 : Le Libertaire : L'unité Ouvrière, nouvel article signé SOVIETICUS, mais dont le style, le vocabulaire et le sujet ne paraissent pas correspondre  à AR. On peut donc douter... D'autant qu'on ne voit pas pourquoi, AR - qui n'a jamais utilisé de pseudonyme - y aurait eu recours tout à coup...

septembre 16 : Lettre indésirable 43 à Pierre Seghers : AR lui reproche une publication de 1943, peut-être liée au tract Un peu de clarté, qui n'a pas été retrouvé.

18 : Sommation à Mme Robin, née Jacqueline Dastros, de rejoindre le domicile conjugal, au 50 rue Falguière... qu'elle n'a jamais occupé ! Naturellement elle refuse. Dans les faits, c'était AR qui y avait élu domicile en 1942. Toujours préparation du divorce en concertation.

18-19 : Combat : L'expertise de la fausse parole, 1er article. Ayant refusé de participer à la page littéraire, AR a accepté de fournir une série de chroniques sur ses écoutes de radios internationales et donc sur la propagande. Le journal d'Albert Camus - qui vient de quitter sa direction - ne tient aucun compte non plus de la présence d'AR sur la liste noire.
Commentaire de Jean Dubuffet à Jean Paulhan : As-tu lu dans Combat il y a quelques jours un article d'Armand Robin définissant l'entreprise qu'il se propose, d'étudier systématiquement les mécanismes des propagandes conduites par les différentes nations et différents gouvernements actuellement par le moyen des journaux, de la radio etc? cet article était bien intéressant, et voici maintenant dans Combat le premier article de ce même Armand Robin à ce sujet; il est bien intéressant aussi, et l'entreprise par elle-même est bien intéressante, ne trouves-tu pas ?

21-22 : Combat : Le dollar, c'est la misère

27 : Combat : Les radios des Etats-Unis ou les inexpériences du précapitalisme

octobre  Début du mois : parution de La Lune écoute aux portes de Georges Brassens, dont Armand Robin est un des personnages notamment au sujet de la liste noire. Voir ici pour un chapitre
4 : Combat :
Vers l'unité des accusations absurdes

11 : Combat : Considérations sur le style injurieux

18 : Combat : Tentative anglaise entre les Etats-Unis et l'URSS

25 : Combat : Elections françaises et radios étrangères

novembre La plus constante de mes non-patries, introduction aux Quatre poètes russes, à paraître aux éditions du Seuil en 1949. Cela signifie sans doute qu'AR travaille à ce recueil russe.

1 : Combat : Quelques remarques sur le "Vychinski"

8 : Combat : une manoeuvre psychologique outre-Atlantique

15 : Combat : A la recherche des "neutres"

22 : Combat : Le thème de la "France menacée"

27 : ordonnance de non-conciliation dans l'affaire du divorce

décembre 25 : Le Libertaire : Serge Essénine : présentation et La Confession d'un voyou, traduction et annonce de parution de Quatre poètes russes à paraître aux éditions du Seuil. + article probable sur la culture soviétique : purgare, seignare.

26 : carte postale de voeux à Jean Paulhan : se trouve en Suisse (Intragna, près de la frontière italienne ?) comme souvent en fin d'année désormais : J'ai trouvé un nouveau non-pays. On n'y parle qu'italien... j'y étudie le hongrois. Et surtout j'y parle la non-langue de la neige, du vent et des torrents. Très longs dialogues.

index éphéméride ephemeride_index.gif (354
          octets)
*** Les événements ainsi marqués, quoique authentiques, ne peuvent être datés de manière très précise. Ils figurent en tête de l'année ou du mois.

lignanim.gif (3106
        octets)